L'Archive de Hans-Ulrich Obrist : Chapitre 1 Édouard Glissant — Où tous les imaginaires du monde peuvent se rencontrer et s’entendre

L'Archive de Hans-Ulrich Obrist - Chapitre 1 : Édouard Glissant

Où tous les imaginaires du monde peuvent se rencontrer et s’entendre

La Tour
Galerie du cerisier, Rez-de-jardin
A partir du 

Voir plus

La première présentation de l’archive de Hans-Ulrich Obrist à LUMA Arles est consacrée au regretté Édouard Glissant (né en 1928 en Martinique, France - mort en 2011 à Paris, France), philosophe, poète et penseur engagé né en Martinique. S’appuyant sur les périodes de collaboration, d’amitié et de mentorat entre le philosophe et le faiseur d’expositions, cette présentation met en lumière une conviction qui leur était commune : la conversation et l’échange réciproque avec l’autre peuvent être des moyens pour produire de nouvelles réalités. Pour Glissant, un monde en transformation est un « Tout-Monde » qui écoute et apprend de chacune de ses voix uniques.

La rencontre de Obrist avec Glissant a influencé l’orientation de son travail pour les années à venir. Il a été initié à la pensée du philosophe par l’artiste Alighiero Boetti, qu’il a rencontré à dix-huit ans en 1986. Au cours de la seconde moitié des années 1990, il fit la connaissance de Glissant en compagnie de leur amie commune Agnès B. Leur relation commença dans des cafés parisiens, et ces rencontres devinrent rapidement des événements réguliers. À cette même période, Obrist adopta un rituel quotidien de quinze minutes consacrées à la lecture des écrits du poète-philosophe, une coutume qu’il pratique toujours. Leur relation était mue par une spontanéité qui leur donna l’occasion de réaliser ensemble une douzaine de conversations publiques, d’entretiens et de documents imprimés. Ces projets les ont amenés à voyager ensemble en traversant des villes, continents et archipels.

La philosophie de la « Relation » de Glissant prend ses racines dans l’histoire et la géographie de l’archipel des Antilles. Grâce aux échanges constants d’une île à une autre, l’archipel a été le terreau de la créolisation, un processus de fusion continue qui ne provoque pas la perte de la diversité culturelle et linguistique, mais l’enrichit par des hybridations. Les langues créoles, issues du métissage et de l’osmose entre les langues vernaculaires, en sont le résultat le plus tangible. Alors que la pensée continentale, qui s’appuie sur des systèmes et revendique la suprématie de sa propre vision du monde, la pensée archipélique prend en compte et approfondit la diversité du monde. Glissant a très tôt saisi les dangers de la mondialisation, vecteur d’homogénéisation à l’origine de la disparition des diversités culturelles, linguistiques et écologiques, ainsi que des dangers liés aux contre-courants populistes face à la mondialisation, à savoir des nouvelles formes de nationalismes et de localismes qui refusent la solidarité. Pour résister à la globalisation sans nier la globalité, il a inventé la notion de « Mondialité » comme plaidoyer pour un dialogue mondial continu qui encourage tout autant le mélange des cultures et la célébration des identités locales. Les projets curatoriaux de Obrist sont directement inspirés de ce concept de Mondialité en tant que processus perpétuel de mise en relation.

Le cœur de cette présentation est une collection de documents audiovisuels issus de l’Archive des Interviews de Obrist. Présentées pour la première fois, plus de six heures de vidéos d’entretiens publics et privés, diffusées sur huit stations de visionnage, permettent aux visiteurs d’écouter Glissant dialoguer, lire sa poésie à haute voix, former et façonner sa pensée et sa philosophie en parlant. Outre les vidéos, divers autres documents d’archives, tels que des livres dédicacés à Obrist par Glissant, sont présentés pour apporter un éclairage unique sur cette relation inspirante. La présentation expose également une série d’affiches réalisées par des artistes contemporains, qui étaient proches de Glissant ou qui se sentent liés à sa pensée. C’est à travers leur langage unique que les idées de Glissant trouvent un prolongement reflétant leur contemporanéité et leur urgence.

Tout au long de sa carrière, Obrist s’est attaché à rendre la pensée de Glissant accessible, le citant à chaque occasion et orchestrant de nombreux événements, expositions et publications lui étant consacrés. À l’occasion de son ouverture, LUMA Arles a le plaisir de dédier cette présentation à Glissant, dont la vision de l’institution artistique du XXIe siècle comme un archipel qui accueillerait des réseaux d’interrelations entre les personnes, les traditions et les disciplines, a inspiré le projet depuis sa conception. Glissant avait imaginé les institutions du futur comme des lieux de dialogue où les diverses parties du monde viendraient à la rencontre les unes des autres. Pour Glissant, ce qui importait était la production de la réalité, la transformation de théories et de poésies en engagements concrets pour faire face aux problèmes du présent. Son utopie était celle d’un lieu frémissant qui transcende les systèmes établis tout en se réinventant perpétuellement. Cette présentation entend donner une cohérence historique et artistique au rêve partagé par Glissant et Obrist d’un « point utopique où toutes les cultures du monde et toutes les imaginations du monde peuvent se rencontrer et s’entendre ».

L'archive de Hans-Ulrich Obrist : Chapitre 1 Édouard Glissant — Où tous les imaginaires du monde peuvent se rencontrer et s’entendre

L'Archive de Hans-Ulrich Obrist : Chapitre 1 Édouard Glissant — Où tous les imaginaires du monde peuvent se rencontrer et s’entendre

Adrian Deweerdt

Édouard Glissant

Romancier, poète et essayiste, Édouard Glissant (1928-2011) est l’un des grands écrivains de notre temps. Dès sa jeunesse en Martinique, Glissant se passionne pour le courant surréaliste, et milite, avec ses amis du Franc Jeu (groupe littéraire et politique), pour les idées révolutionnaires de libération des colonies. Il quitte la Martinique pour la métropole en 1946 où il étudie la philosophie à la Sorbonne, et l’ethnographie au Musée de l’Homme. Il publie alors ses premiers recueils (Un Champ d’îles en 1953) et son roman La Lézarde, qui reçoit le prix Renaudot en 1958. En 1965, Édouard Glissant retourne en Martinique.

En 1967, il crée l’Institut Martiniquais d’Études (IME), institution privée d’éducation qui vise à restituer aux jeunes antillais un enseignement en accord avec la réalité de leur Histoire et de leur géographie. Il fonde en 1971 la revue Acoma chez Maspero, revue critique de recherche sur les sociétés antillaises, qui annonce déjà l’un de ses essais-maître dans le domaine à cette période, Le Discours antillais (1981).

À travers ses essais, ses romans, et ses textes poétiques, il développe la notion de « Tout-Monde », qui titre le roman de 1995, suivi de l’essai Traité du Tout-Monde en 1997. De 1980 à 1988, Édouard Glissant dirige Le courrier de l’UNESCO, dont il développe les éditions en 36 langues diffusées dans plus de 150 pays. En 1988, Édouard Glissant s’installe aux États-Unis et dirige une chaire de Littérature Française à la Louisiana State University. En 1993, il s’associe activement à la création du Parlement International des Écrivains, institution internationale destinée à organiser une solidarité concrète avec les écrivains et intellectuels victimes de persécutions. En 2006, Édouard Glissant crée l’Institut du Tout- Monde, avec le soutien du Conseil Régional d’IIe-de-France, du Ministère de l’Outre-Mer, et de la Maison de l’Amérique Latine. En 2009, Glissant publie son dernier essai, Philosophie de la Relation, sous-titré Poésie en étendue, et comme ultime ouvrage, La terre, le feu, l’eau et les vents - Une anthologie de la poésie du Tout-monde, en 2010.

L'archive de Hans-Ulrich Obrist : Chapitre 1 Édouard Glissant — Où tous les imaginaires du monde peuvent se rencontrer et s’entendre

L'Archive de Hans-Ulrich Obrist : Chapitre 1 Édouard Glissant — Où tous les imaginaires du monde peuvent se rencontrer et s’entendre

Adrian Deweerdt

Rechercher

Panier

s’identifier

Vous avez déjà un code d'accès ?
Cliquez-ici pour l'utiliser

Veuillez indiquer votre adresse e-mail ci-dessous.