Carrie Mae Weems, The Shape of Things
Remember to dream, 2023, A Case Study, 2021, Painting the Town 1, Painting the Town 2 and Seat or Stand and Speak, 2021 - 2023.
© Victor&Simon - Iris Millot

Carrie Mae Weems :
The Shape of Things

La Mécanique Générale
Du  au 

Voir plus
[VISITE COMMENTÉE]
Une heure, une expo

Une heure durant, les médiateurs de LUMA Arles vous invitent à (re)découvrir l'exposition de Carrie Mae Weems. L'échange se poursuit ensuite autour d'un verre dans l'un des établissement du Parc des Ateliers.

Décembre : vendredi 8 et 22
Janvier : vendredi 5

En savoir plus

Carrie Mae Weems, dont la carrière s’étend sur plus de trente-cinq ans, interroge les relations familiales, les identités raciales et culturelles, le sexisme, les classes sociales, les systèmes politiques, ainsi que les incidences et les disparités des rapports de pouvoir.

Déterminée plus que jamais à entrer dans la composition — au sens propre comme au sens figuré —, Weems entretient un dialogue ininterrompu au sein du discours contemporain, examinant ce qu’elle appelle, par un clin d’œil au poète et chercheur noir américain Amiri Baraka, « the changing same » [le même changeant].

Au cours de sa carrière artistique, Carrie Mae Weems a développé un corpus artistique complexe, qui combine photographies, textes, tissus, sons, images numériques, installations et vidéos. Son travail oscille entre l’interprétation d’images trouvées et la création de nouvelles photographies et films. Dans ses recherches actuelles, elle cherche à comprendre, à extraire de l’image, les conditions de l’existence. Son travail provoque un dilemme entre la personne qui regarde et le sujet, ce qui donne généralement lieu à une sensation d’inconfort et de trouble. The Shape of Things [La Forme des Choses] réunit des thèmes et des méthodes récurrents dans l’ensemble de l’œuvre de l’artiste.

Faisant appel à des techniques cinématographiques et à des effets spéciaux empruntés à des périodes antérieures, comme les dioramas, les attractions de foire et le fantôme de Pepper, The Shape of Things est une réflexion incisive, puissante, affective et critique sur des sujets à la fois profondément enracinés dans la culture et l’histoire américaines, et les événements explosifs de notre époque actuelle. Cet ensemble d’installations monumentales s’inscrit dans la continuité de l’engagement de LUMA Arles à produire des expositions complexes avec les artistes les plus remarquables de notre époque. Initiée par le Park Avenue Armory à New York en 2021, The Shape of Things revêt une forme renouvelée et enrichie pour LUMA Arles. Bien que la plupart des œuvres soient situées dans le contexte des États-Unis, elles permettent aisément d’établir des comparaisons avec les réalités politiques et sociales, et les bouleversements observés en Europe et dans d’autres régions du monde. Weems semble affirmer avec force la nécessité d’affronter les réalités de notre passé pour relever les défis contemporains.


Commissaires d'exposition :
Vassilis Oikonomopoulos, Directeur des expositions et des programmes,
Tom Eccles, conseiller artistique.
 

Je réserve mon billet

La presse en parle


Un espace complètement immersif aux airs de voyage fantastique
La Provence

Un vrai point de départ pour une réflexion personnelle.
Le Figaro

Une autre poétique de l’histoire se fait ainsi jour.
Transfuge

Spectaculaire intervention de l’artiste Carrie Mae Weems.
L’Art vues

"Quand j'ai commencé à réfléchir à cette exposition, je pensais constamment au "cirque" politique" Victor & Simon
Rolex, Audoin Desforges. Courtesy of Carrie Mae Weems.

Carrie Mae Weems


Carrie Mae Weems, dont la carrière s’étend sur plus de trente-cinq ans, interroge les relations familiales, les identités raciales et culturelles, le sexisme, les classes sociales, les systèmes politiques, ainsi que les incidences et les disparités des rapports de pouvoir. Déterminée plus que jamais à entrer dans la composition — au sens propre comme au sens figuré —, Weems entretient un dialogue ininterrompu au sein du discours contemporain, examinant ce qu’elle appelle,  par un clin d’œil au poète et chercheur noir américain Amiri Baraka, « the changing same » [le même changeant].

Dans un article du New York Times consacré à sa rétrospective, Holland Cotter écrit : « Madame Weems est ce qu’elle a toujours été, une superbe créatrice d’images et une force morale, concentrée et irrépressible. »

Weems a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives dans de grands musées nationaux et internationaux, parmi lesquels le Metropolitan Museum of Art, le Frist Center for Visual Art, le musée Guggenheim de New York, et le centre andalou d’art contemporain de Séville, en Espagne.

Weems a reçu de nombreuses récompenses, subventions et bourses, dont le prestigieux prix de Rome, le National Endowment of the Arts, les prix Herb-Alpert, Anonymous Was a Woman, et Tiffany. En 2012, Weems s’est vu remettre l’une des premières médailles d’art du département d’État des États-Unis en reconnaissance de son engagement dans le programme Art in Embassies.

En 2013, Weems a reçu la bourse MacArthur Genius, ainsi qu’un prix pour l’ensemble de sa carrière décerné par la fondation du Caucus noir du congrès américain. Elle a également reçu le prix BET Honors pour son travail de plasticienne, le prix Lucie Award de la photographie d’art, et compté parmi les quatre artistes mis à l’honneur lors du gala international du Guggenheim en 2014. Elle a obtenu le prix ICP Spotlights du Centre international de la photographie de New York, le prix W. E. B. Du Bois de l’université Harvard, ainsi que des diplômes honorifiques du California College of the Arts, de l’université Colgate, de Bowdoin College, de la School of Visual Arts, et de l’université de Syracuse.

Son travail apparaît dans des collections publiques et privées du monde entier, notamment au Metropolitan Museum of Art et Museum of Modern Art de New York, au musée des Beaux-Arts de Houston, au musée d’Art contemporain de Los Angeles et à la Tate Modern Londres.

Weems est représentée par la Jack Shainman Gallery depuis 2008 et est actuellement artiste en résidence au Park Avenue Armory. Elle vit à Syracuse, dans l’État de New York, avec son mari Jeffrey Hoone, directeur général de Light Work.


Catalogue de l'exposition

Rechercher

Expositions Billetterie Infos pratiques Replay des événements Visites commentées À propos de LUMA

Panier

s’identifier

Vous avez déjà un code d'accès ?
Cliquez-ici pour l'utiliser

Veuillez indiquer votre adresse e-mail ci-dessous.