Carte blanche à Bouchra Khalili

Projections et discussions
→ Le Mouvement des Travailleurs Arabes : traces et récits
→ Les luttes en fiction - autour des Ambassadeurs

La Tour
Auditorium, Niveau 1
Le 

Voir plus

La pratique transdisciplinaire de Bouchra Khalili fait face à l'absence d'archives par un intérêt particulier pour les histoires et les récits occultés. Comme elle le formule en décrivant son exposition à LUMA Arles - "comment le film devient-il un moteur pour raconter l'histoire ?" -, cette carte blanche propose deux sessions cinématographiques pour répondre à cette interrogation.

Le Mouvement des Travailleurs Arabes - Traces et récits se concentre sur les luttes pionnières menées par le MTA, à l’intersection de la lutte syndicale, de la performance, du théâtre et du cinéma, ainsi que sur ses alliances filmiques et militantes avec le collectif Cinéluttes. 
La seconde session, Les luttes en fiction - autour des Ambassadeurs, met en lumière l’approche singulière du cinéaste Naceur Ktari dans son film Les Ambassadeurs, première fiction témoignant de la vie et les luttes des travailleurs immigrés nord-africains dans les années 1970 en France.

Samedi 17 février, à partir de 14h30
Le Mouvement des Travailleurs Arabes : traces et récits

La Grève des ouvriers de Margoline de Jean-Pierre Thorn / Collectif Cinélutte
France | 1974 | 40 min.
Version originale : Française / Arabe - Sous-titrée en français

Extrait du film La Grève des ouvriers de Margoline

Droits réservés / © All rights reserved

Le 21 juin 1973 se tient à Paris, salle de la Mutualité, un meeting du mouvement d’extrême-droite Ordre nouveau baptisé « Halte à l’immigration sauvage ». Les orateurs défilent pour exprimer « tout haut ce que beaucoup pensent tout bas », pendant que la contre-manifestation organisée dans la rue par des militants d’extrême-gauche est sévèrement réprimée par la police. Cet événement devient le point de départ de La Grève des ouvriers de Margoline. Produit pour la CFDT et réalisé par Jean-Pierre Thorne dans le cadre du groupe Cinélutte, le film sera l’un des premiers à se pencher sur la condition des travailleurs immigrés sans papiers en France, et où les travailleurs immigrés prennent la parole eux-mêmes. 

Mohamed de Daniel Julien
France | 1973 | 15 min.
Version originale : Française / Arabe - Sous-titrée en français

Réalisé par Daniel Julien, cet essai filmique reconstitue l'assassinat de Mohamed Diab, un  travailleur algérien tué dans un commissariat de Versailles par le sous-brigadier Marquet le 29 novembre 1972. La reconstitution met en scène les différentes versions de la mort de Mohamed Diab, y compris celle issue de l'enquête des membres du CDVDTI (Comité de défense de la vie et des droits des travailleurs immigrés). Le CDVDTI a été créé conjointement par des membres du Mouvement des Travailleurs Arabes et leurs alliés Geneviève Clancy et Philippe Tancelin, membres de Al Assifa, la troupe du théâtre issu du MTA. 

Cette séance sera introduite par l’artiste Bouchra Khalili.

Je réserve gratuitement

Samedi 17 février, pause de 16h00 à 16h30 

Samedi 17 février, à partir de 16h30
Les luttes en fiction - autour des Ambassadeurs

Les Ambassadeurs de Naceur Ktari
France / Tunisie | 1976 | 102 min.
Version originale : Française

Poussé par la révolte, suite au meurtre raciste de Djelali Ben Ali (15 ans) en 1971 , le cinéaste tunisien Naceur Ktari (alors étudiant à Paris) va mener une longue enquête dans le quartier parisien de la Goutte d’or, auprès des travailleurs immigrés. De cette recherche documentée va naître le scénario de Les Ambassadeurs, qui suit les scènes du quotidien et les destins enchevêtrés de plusieurs habitant.e.s du quartier qui font face au racisme quotidien. Que ce soit à l’école, dans la rue, au chantier, au bistrot, dans les commerces ou dans les immeubles, les paroles, gestes et regards de l’indifférence font face à ceux de la solidarité et de la colère qui s’installe. Ktari voulait réaliser un film populaire d’incitation à la lutte.

Ignoré par les jurys de Cannes sûrement « incommodés par la banalité meurtrière du petit racisme français » selon le critique Ignacio Ramonet, le film remporte le Tanit d'Or aux Journées Cinématographiques de Carthage (JCC 1976) et une mention spéciale à Locarno (1976).
 

Une discussion avec l’artiste Bouchra Khalili et Christelle Rabier, maîtresse de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales à Marseille, aura lieu à la suite de la projection du film.
 

Je réserve gratuitement

Profitez-en pour (re)découvrir l'exposition de Bouchra Khalili !

L’ensemble des œuvres de l’exposition propose une réflexion sur la notion d’appartenance, de collectif, entre communauté et subjectivité. Elles offrent une méditation sur la position du témoin face à l’histoire passée sous silence, sur la puissance de la fabulation collective incarnée par le conteur, et sur le montage filmique comme force de résurrection des histoires enfouies.

Gratuite sur réservation (entrée libre avec le billet "Carte blanche").
Exposition située dans La Tour, au niveau -3.

En savoir plus


Cette carte blanche a été conçue par Bouchra Khalili, Artiste, avec Vassilis Oikonomopoulos, Directeur des expositions et des programmes, LUMA Arles, et Salma Mochtari, Chargée de recherche, LUMA Arles.

Rechercher

Expositions Billetterie Infos pratiques Replay des événements Visites commentées À propos de LUMA

Panier

s’identifier

Vous avez déjà un code d'accès ?
Cliquez-ici pour l'utiliser

Veuillez indiquer votre adresse e-mail ci-dessous.