Archives de Hans Ulrich Obrist - Chapitre 2 : Etel Adnan

La Tour,  Galerie du Cerisier, Niveau -2
À partir du 

Voir plus

« Le monde a besoin 
de proximité, pas de 
séparation. D’amour, 
pas de suspicion.
D’un avenir commun,
pas d’isolement. »

Etel Adnan, Juin 2016

« Éternellement Etel 
Éternellement Adnan »

Hans-Ulrich Obrist, Février 2021

Un Leporello, plusieurs carnets et aquarelles exposés à Dubaï en 2007 sont à l’origine de la collaboration de longue durée et de l’amitié entre Hans-Ulrich Obrist et la regrettée Etel Adnan, l’une des plus grandes poètes et artistes de notre temps. Obrist a été magnétiquement attiré par l’énergie cosmique de son travail et a collectionné de manière obsessionnelle toutes les publications qu’il a pu trouver. La première qu’il a lue était Sitt Marie Rose (The Post-Apollo Press, 1977), son opus magnum sur la guerre civile libanaise, qui a consacré Adnan comme une autrice politique majeure et l’une des voix prééminentes des mouvements féministes et pacifistes.

La découverte de son œuvre a alors suscité en lui un sentiment similaire à celui éprouvé face au travail de Paul Klee, lorsqu’il était adolescent. Comme Klee, Adnan était un esprit universel. Sa pratique pourrait être liée à la théorie des supercordes ; un Gesamtkunstwerk aux multiples dimensions élargissant la simple notion de discipline, réunissant cahiers, cartographies, dessins, enseignement, films, journalisme politique, peintures, pièces de théâtre, poèmes, romans, sculptures et tapisseries.

Née à Beyrouth en 1925, Adnan a étudié à la Sorbonne et à Harvard, et c’est à la fin des années 1950, alors qu’elle enseignait la philosophie à l’Université, qu’elle commença à peindre en Californie. C’est là qu’elle tomba amoureuse de la femme de sa vie, Simone Fattal ainsi que d’une montagne, le mont Tamalpais, au pied de laquelle elles vivaient. De cette passion découlent de nombreuses œuvres et le livre Journey to Mount Tamalpaïs (The Post-Apollo Press, 1986). Souvent conçues à partir d’un carré rouge, ses toiles sont des compositions abstraites avec des aplats de couleur appliqués directement à partir des tubes. Elle s’intéressait à la beauté immédiate de la couleur. Pour Simone Fattal, ses peintures « dégagent de l’énergie et procurent de l’énergie. Elles opèrent comme des talismans. »

Son projet non-réalisé de devenir architecte peut être rapproché de sa façon d’aborder la peinture comme quelque chose de construit. Adnan considérait la peinture comme s’adressant au monde extérieur et l’architecture, qui est inéluctablement déjà là et s’impose à nous. Comme elle le disait, « la première architecture pour un être humain est le ventre de sa mère. »

C’est sous une pluie battante, durant l’hiver 2012, qu’Etel Adnan, Simone Fattal, Koo Jeong A, et Hans-Ulrich Obrist ont trouvé refuge dans un café en Bretagne. Au cours de longues conversations, Adnan écrivait des poèmes sur un bloc-notes. Il est alors apparu évident à Obrist que l’on doit célébrer l’écriture manuscrite plutôt que de se lamenter de sa disparition. Depuis ce jour, il poste une fois par jour sur Instagram les notes manuscrites des personnes qu’il rencontre.

Après un premier chapitre en hommage à Édouard Glissant, le second chapitre de l’archive de Hans-Ulrich Obrist se penche sur la myriade de ses conversations avec Etel Adnan de 2009 jusqu’à ses derniers jours en 2021, offrant quinze heures d’entretiens inédits, retraçant leur relation à travers des centaines de documents publiés, de notes post-it, de correspondances manuscrites et de travaux. Leur relation était faite de respect mutuel et, surtout, d’une admiration sans réserve. Ils ont partagé d’innombrables projets ; elle était une habituée des séries d’entretiens intitulées Marathon, organisées chaque année par Obrist à la Serpentine, à Londres ; il a dédié deux grandes expositions à sa pratique et a contribué à la publication de multiples monographies sur son travail. Adnan est une figure essentielle pour LUMA à Arles, un projet que Hans-Ulrich Obrist accompagne depuis sa genèse. Maja Hoffmann, fondatrice de LUMA, se souvient : « Un jour, Etel m’a dit que ce que nous faisons, avec LUMA, consiste à créer un phare pour la Méditerranée. Si LUMA est le phare, alors Etel en est certainement le feu, le feu qui éclaire l’espace et montre des directions. »

Courtesy Galerie Lelong & Co. Paris

Etel Adnan

Etel Adnan (1925-2021) est née et a grandi à Beyrouth, Liban. Sa mère était une Grecque de Smyrne, son père, un officier ottoman de haut rang né à Damas, Syrie. Au Liban, elle fait ses études dans des écoles françaises. Elle étudie d’abord la philosophie à Paris en 1949, à la Sorbonne. En janvier 1955, elle se rend aux États-Unis pour poursuivre des études supérieures de philosophie aux universités Berkeley et Harvard. De 1958 à 1972, elle enseigne la philosophie au Dominican College de San Rafael, en Californie. Réagissant aux implications politiques de l’écriture en français dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne et en solidarité, elle résista en déplaçant le cœur de son expression créative vers l’art visuel. Elle est devenue peintre. Mais c’est avec sa participation au mouvement des poètes contre la guerre au Vietnam qu’elle a commencé à écrire des poèmes et qu’elle est devenue, selon ses propres termes, « une poétesse américaine ».

En 1972, elle retourne à Beyrouth et travaille comme rédactrice culturelle pour deux quotidiens, d’abord pour Al Safa, puis pour L’Orient-le Jour. Elle reste au Liban jusqu’en 1976. En 1977, son roman Sitt Marie-Rose remporte le prix « France-Pays Arabes » et est publié à Paris en 1978. Ce roman a été traduit dans plus de 10 langues, et avec une immense influence, est devenu un classique de la littérature de guerre. En 1977, Adnan se réinstalla à Paris et en 1980 en Californie, faisant de Sausalito sa maison, avec de fréquents séjours à Paris. À la fin des années 70, elle a écrit des textes pour deux documentaires réalisés par Jocelyne Saab sur la guerre civile au Liban, qui ont été diffusés à la télévision française ainsi qu’en Europe et au Japon.

Ses peintures, dessins et films Super 8 ont fait l’objet de nombreuses expositions aux États-Unis, en Europe et dans le monde arabe. Elle a participé à partir de 2010 aux Marathons de la Serpentine et a été l’une des artistes invitées de la dOCUMENTA (13) de Kassel en juin 2012. Depuis, de nombreux musées lui ont consacré des rétrospectives, notamment le Mathaf à Doha en 2014. Elle est décédée à Paris en novembre 2021.

Hans Ulrich Obrist

Hans Ulrich Obrist (né en 1968 à Zurich, Suisse) est directeur artistique de la Serpentine à Londres, Conseiller Général à LUMA Arles, et Conseiller Artistique Général à The Shed à New York. Auparavant, il était curateur au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. Depuis sa première exposition World Soup (The Kitchen Show) en 1991, il a été commissaire de plus de 350 expositions.

Parmi les publications récentes de Obrist figurent Ways of Curating (2015), The Age of Earthquakes (2015), Lives of the Artists, Lives of Architects (2015), Mondialité (2017), Somewhere Totally Else (2018) The Athens Dialogues (2018), Maria Lassnig : Letters (2020), Entrevistas Brasileiras : Volume 2 (2020), et 140 Ideas for Planet Earth (2021).

Rechercher

Expositions Billetterie Infos pratiques

Panier

s’identifier

Vous avez déjà un code d'accès ?
Cliquez-ici pour l'utiliser

Veuillez indiquer votre adresse e-mail ci-dessous.