L'Esthétique de l'intermonde, avec Nicolas Bourriaud et Anya Daly

Nicolas Bourriaud, directeur du MO.CO Montpellier Contemporain, écrivain, critique
Anya Daly, philosophe 

En mai 2019 dans le cadre des Luma Days #3, forum d’art et d’idées, intitulés « Ensemble, une déclaration d’interdépendance », nous avons invité des artistes, philosophes, scientifiques, penseurs, experts locaux et militants à venir partager leurs points de vue et expériences avec le grand public.

À l’heure des transformations mondiales, et malgré une capacité de mobilisation instantanée de l’individu, les concepts du « vivre ensemble » et du « travailler ensemble » semblent souvent hors d’atteinte. Sont-ils devenus des utopies ? Cette troisième édition des Luma Days a permis d’explorer le concept d’interdépendance sous des angles nouveaux.

À cette occasion Luma Arles a accueilli Nicolas Bourriaud, directeur du MO.CO Montpellier Contemporain, écrivain, critique et Anya Daly, philosophe, autour d’une conversation sur l’esthétique de l’intermonde. Ils interrogent le renversement de l'opposition entre nature et culture, entre l'objet et le sujet, dans le monde de l'art. Tout est devenu sujet, cela nous amène à redéfinir l'objet de l'art.

Biographie

Nicolas Bourriaud

Commissaire d’exposition et critique d’art, Nicolas Bourriaud est directeur de MO.CO. Montpellier Contemporain. Il a fondé et dirigé le palais de Tokyo à Paris (1999-2006) puis dirigé le département des études au ministère de la culture en France (2010-2011) et l’École des Beaux-arts de paris (2011-2015).
Il a été également Gulbenkian Curator for Contemporary Art à la Tate Britain (2007- 2010) et fondateur conseiller de la Fondation Victor Pinchuk à Kiev. Il a été commissaire de la 16e Biennale d’Istanbul en 2019, ayant pour titre « Le Septième continent ». Il a publié plusieurs essais théoriques, notamment Esthétique relationnelle (Les presses du réel, 1998), Postproduction : La culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain (Les presses du réel, 2004), Radicant: pour une esthétique de la globalisation (Denoël, 2009) et The Exform (Verso Books, 2016).

Anya Daly

En 2012, Anya Daly obtient un double doctorat de philosophie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’université de Melbourne. Après cinq années de recherche et d’enseignement en France (2005-2010), puis deux années à l’University College de Dublin (2016-2018) sous le mentorat du professeur Dermot Moran, et l’obtention d’une bourse de recherche du conseil irlandais, elle travaille aujourd’hui à l’Université de Melbourne, sa ville natale. Ses recherches actuelles s’articulent autour des croisements possibles entre la phénoménologie et la philosophie de l’esprit, l’éthique, la philosophie de la perception, l’esthétique, la philosophie de la psychiatrie, la cognition sociale et l’énaction.

Rechercher

Panier

s’identifier

Vous avez déjà un code d'accès ?
Cliquez-ici pour l'utiliser

Veuillez indiquer votre adresse e-mail ci-dessous.