Le Parc des Ateliers à travers le temps

En 2013, Maja Hoffmann lance LUMA Arles dans l’objectif de concevoir, développer et gérer le Parc des Ateliers, un ancien site industriel arlésien exploité par la SNCF jusqu’en 1983. Découvrez l'histoire du site à travers le temps ici : 

Voir plus

Le Parc des Ateliers au XIXᵉ siècle


1842 : Le député et écrivain Alphonse de Lamartine défend à l’Assemblée Nationale le tracé de la ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille via Arles. Une première phase d’aménagement du site des ateliers ferroviaires arlésiens voit alors le jour (1845-1856). 
Les constructions comprennent un atelier de machines (fabrication, réparation), un atelier de voitures, un atelier de wagons et un dépôt de machines.
« (…) C’est la ville d’Arles, une ville qui a été admirablement placée par la nature, ou plutôt pour laquelle la nature a pour ainsi dire créé sa place (…) » - Alphonse de Lamartine à l’Assemblée nationale le 30 avril 1842.

1848: Le tronçon Avignon-Marseille est inauguré à Arles. Il marque une phase d’essor économique pour la ville. Les Ateliers deviennent le premier employeur de la ville, accueillant jusqu’à 1800 personnes en 1920.

Le Parc des Ateliers au XXᵉ siècle 


1937 : Les différentes compagnies ferroviaires françaises fusionnent pour devenir la SNCF. Le progrès technologique remplace progressivement la locomotive à vapeur, et avec elle les Ateliers d’Arles spécialisés dans leur construction.

1969 : Création du festival des Rencontres internationales de la photographie par Michel Tournier, Jean-Maurice Rouquette et Lucien Clergue.

1984 : Malgré plusieurs phases de modernisation, le Parc des Ateliers subit la désindustrialisation progressive et ferme ses portes en 1984, après un long déclin de son activité. A l’abandon, cette friche au cœur de la ville se voit peu à peu envahie par la végétation. Les bâtiments se dégradent et sont occupés de manière sporadique comme lieux de stockage ou d’évènements pour des expositions de photographie ou des concerts.

À partir du milieu des années 1990, la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur étudie plusieurs projets de réhabilitation pour redynamiser le site. 

Le Parc des Ateliers au XXIᵉ siècle


2002 : Maja Hoffmann, mécène des Rencontres d’Arles, et François Hébel, alors directeur de ce festival de photographie, créent le Prix Découverte afin de contribuer au rayonnement des « Rencontres » et soutenir les photographes émergents.

2004 : Création de la Fondation LUMA pour soutenir et produire des projets expérimentaux portés par des artistes et des institutions culturelles.

2006 : Sortie d’Esquisses de Frank Gehry, un documentaire de Sydney Pollack sur le travail de l’architecte, produit par Maja Hoffmann.

2006 : La Ville d’Arles approuve le dossier de création de la ZAC des Ateliers ayant pour objet l’aménagement et équipement de terrains des anciens ateliers SNCF (17 juillet 2006).

2007 : Inauguration de la Grande Halle rénovée par le cabinet d’architectes Moatti & Rivière.
La Ville et l’AREA PACA signent le traité de concession de la ZAC des Ateliers pour mettre en œuvre l’opération d’aménagement (12 juin 2007).

Avec Frank Gehry, Maja Hoffmann amorce une réflexion sur l’évolution des centres d’art, lieux de création et d’exposition dans le monde. Elle rassemble un « Core Group » de conservateurs, artistes, architectes et penseurs : Hans Ulrich Obrist, Philippe Parreno, Beatrix Ruf, Liam Gillick et Tom Eccles. Ensemble, ils travaillent sur un projet de nouveau centre culturel pour le XXIe siècle.

2008 : La Fondation LUMA cosigne avec la Ville d’Arles, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les Rencontres d’Arles un protocole d’accord pour le développement du nouveau projet du Parc des Ateliers.

2009 : Exposition La Fondation LUMA, Un laboratoire d’idées et de projets, un modèle d’utopie culturelle pour le Parc des Ateliers en devenir. Organisée avec Gehry Partners en partenariat avec les Rencontres d’Arles.

2010 : Afin de soutenir la dynamique culturelle qui se fait jour à Arles, le Ministère de la Culture annonce que l’École Nationale Supérieure de la Photographie va bénéficier d’un nouveau bâtiment sur le Parc des Ateliers.
Maja Hoffmann invite l’architecte de paysages Bas Smets à travailler sur le
projet paysager du Parc des Ateliers, ainsi que l’architecte Annabelle Selldorf pour la rénovation des bâtiments.

En lien avec les Rencontres d’Arles, la Fondation LUMA entame une phase d’expérimentation de programmation artistique à Arles, avec des productions qui se déroulent au Parc des Ateliers mais aussi dans d’autres lieux de la ville : les arènes, la nécropole des Alyscamps ou encore la place de la République :

2010 : How Soon Is Now? - une étude de la photographie contemporaine et une série de symposiums organisés par le Core Group de LUMA dans le cadre des Rencontres de la photographie d’Arles.

2011 : Symposium The Human Snapshot, avec le CCS Bard College.

2012 Vers la lune en passant par la plage - exposition de groupe dans les arènes romaines d’Arles. 

2013: Neue Welt, une exposition de Wolfgang Tillmans, présentée dans le cadre du programme associé des Rencontres de la photographie d’Arles.

Symposium avec le CCS Bard College : La Crue des Droits.

5 avril 2014 : Au terme de plusieurs années de recherches sur le projet, le chantier est officiellement lancé lors de la cérémonie organisée pour la pose de la première pierre de LUMA Arles. À cette occasion, est inaugurée Chroniques de Solaris, une exposition de maquettes de projets de référence de Frank Gehry.

Pendant la construction de La Tour, conçue par Frank Gehry, et la réhabilitation des bâtiments existants, Maja Hoffmann souhaite que le site demeure toujours accessible au public. Le Parc des Ateliers accueille ainsi parallèlement un programme artistique et culturel de préfiguration et des événements en lien avec Les Rencontres d’Arles.

Dès 2014, le bâtiment des Forges est rénové. Mis à la disposition du festival des Rencontres d’Arles, cet espace permet d’organiser des expositions de qualité muséale et d’amorcer des co-productions avec des institutions et des collections internationales.

2015 : Impondérable, une exposition de Tony Oursler, commanditée et produite par la Fondation LUMA pour le Parc des Ateliers, dans le cadre des Rencontres d’Arles. 
Lancement d’
Offprint, projet de soutien aux éditeurs indépendants et expérimentaux dans les domaines de l’art, de l’architecture, du design, des sciences humaines et de la culture visuelle.

En parallèle, LUMA Arles débute son programme pédagogique et déploie tout au long de l’année des projets avec les établissements scolaires de la ville.

2016: Création d’Atelier LUMA, think tank, atelier de production et réseau d’apprentissage qui imagine des façons innovantes et durables d’utiliser les ressources naturelles et culturelles de la région. 

Le bâtiment de la Mécanique Générale est achevé avec une extension contemporaine. Lui aussi est immédiatement ouvert au public avec la présentation de Systematically Open? Nouvelles formes de production de l’image contemporaine, une exposition conçue et développée par le Core Group, Colored Sculpture– une installation de Jordan Wolfson et More Sweety Play the Dance de William Kentdrige. 

Symposium avec le CCS Bard College : Comment pensent les institutions.

Lancement du programme de résidence artistique de LUMA Arles avec la compagnie de danse de Benjamin Millepied pour 3 années.

Printemps 2017

Lancement des LUMA Days, pour partager le travail de production et de recherche mené par Atelier LUMA. Créé en collaboration avec IdeasCity et le New Museum de New-York.

Été 2017 : La Fondation LUMA marque les 10 ans de la rénovation de la Grande Halle avec un programme interdisciplinaire complet. Elle lance son programme d’Archives Vivantes avec une exposition dédiée à Annie Leibovitz. En parallèle est présentée une installation des artistes Fischli/Weiss – Visible World et Love is the Message, the Message is Death, une projection d’Arthur Jafa. Un symposium est organisé avec le CCS Bard College : Curating après la globalisation : Feuilles de route pour le présent.

Aux côtés du programme des expositions et des autres activités, LUMA Arles a présenté pour la première fois un prototype du parc créé par Bas Smets. Un espace d’accueil, un restaurant (Le Réfectoire), une librairie, un lieu d’information et de billetterie sont également créés.

Automne 2017 : Dans le cadre de son programme associé la Fondation LUMA, en collaboration avec la galerie parisienne Patrick Seguin, présente l’exposition JEAN PROUVÉ : Architecte des jours meilleurs. Réunissant douze structures préfabriquées créées entre 1939 et 1969, cette exposition présente le plus grand nombre de systèmes de construction démontables de Prouvé jamais rassemblés en un même lieu.

Printemps 2018: Ouverture de La Formation. Ce bâtiment dédié au spectacle vivant accueille la compagnie de danse L.A. Dance Project pour sa troisième année de résidence à LUMA Arles.
En parallèle, LUMA Arles organise les
LUMA Days #2, un forum d’art et d’idées avec pour thème : L’hospitalité, à la recherche d’une voie commune.

Été 2018 : Présentation de la rétrospective consacrée aux 50 années de travail des artistes-plasticiens Gilbert & George, en coproduction avec le Moderna Museet de Stockholm, installation de Rirkrit Tiravanija - DO WE DREAM UNDER THE SAME SKY, projection vidéo d’Arthur Jafa – APEX, l’installation audiovisuelle de Pipilotti Rist – Pixel Forest, œuvre vidéo d’Amar Kanwar – Such a Morning et exposition de photographies de Lily Gavin – Une histoire avec Vincent.

Automne 2018 : Présentation de l’exposition Picture Industry : une histoire provisoire de l’image technique, commissaire d’exposition : Walead Beshty.
Début des travaux de réalisation du
parc public conçu par Bas Smets.

Printemps 2019: LUMA Arles ouvre la saison estivale avec les LUMA Days #3 – Une déclaration d’interdépendance. À cette occasion, la Fondation LUMA présente le programme invité A School of Schools : apprendre par le design, exposition organisée sous le commissariat de Jan Boelen, directeur artistique et fondateur du programme Atelier LUMA. En avant-première, est dévoilée Enclosure une vidéo immersive de l’artiste Rachel Rose, une coproduction de LUMA et du Park Avenue Armory de New-York.

Été 2019: En parallèle de l’installation vidéo de Rachel Rose, LUMA Arles présente une pièce d’Emily Mast avec le chorégraphe Zack Winokur commanditée par la Fondation LUMA et le L.A Dance Project. Le Parc des Ateliers accueille une performance du danseur Dimitri Chamblas intitulée Slow Show qui réunit un groupe de danseurs amateurs volontaires.
A l’occasion du 50ème anniversaire du festival, LUMA Arles et les Rencontres d’Arles coproduisent une exposition conçue à partir de la collection de livres photos de Martin Parr, récemment acquise par la Tate grâce au soutien de LUMA Arles. 

Septembre 2019 : Unis par une sensibilité partagée aux enjeux écologiques, LUMA Arles et WE LOVE GREEN organisent LE SON DU PARC, une soirée de concerts au Parc des Ateliers.

Hiver 2019: Première édition des LUMA Eco Days : Bâtir un programme commun autour des déchets et de l’énergie, une nouvelle initiative visant à réunir des experts locaux et internationaux autour de questions environnementales.

Printemps 2020: LUMA Arles lance la saison avec les LUMA Days #4En transit : une géographie du changement. Cet événement a permis de convier virtuellement des invités pour une série d’entretiens autour des questions de transition, de crise de l’imagination, de nouvelle géographie et de responsabilité. 

Juin 2020: première ouverture du bâtiment du Médico-Social qui accueille une exposition intitulée It’s Urgent! réunissant plus de 127 artistes, sous le commissariat de Hans Ulrich Obrist. En marge d’ It’s Urgent! est présenté deux installations vidéo : Der Lauf der Dinge (Le Cours des Choses) de Fischli/Weiss et Untitled de Peter Fischli.

En parallèle, Le nouveau Réfectoire ouvre ses portes après avoir été entièrement repensé par le studio londonien de Martino Gamper avec les matériaux développés par Atelier LUMA.

Décembre 2020: Deuxième édition des LUMA Eco Days – Bâtir avec la nature. À travers deux séries de conférences, Algae Summit et Les nouvelles pratiques dans le bâtiment, cet événement vise à échanger des idées dans le but de faire émerger des scénarios réalistes, provocateurs ou spéculatifs afin de questionner la démarche globale de développement durable.

26 juin 2021 : Fin du chantier de La Tour et ouverture totale au public de LUMA Arles.

   

Rechercher

Panier

s’identifier

Vous avez déjà un code d'accès ?
Cliquez-ici pour l'utiliser

Veuillez indiquer votre adresse e-mail ci-dessous.